Visuel Opti-protect
 Vous êtes ici : Accueil > Actualités

Détail de l'actualité

Les flux rss du siteImprimer la page

Fongicides sur blé : un programme à 30€/ha, comment faire ?

Avant de repartir en plaine, il faut tirer les enseignements des campagnes précédentes. Aléas climatiques, variations des cours mondiaux… pour dégager une marge en blé, mieux vaut maîtriser ses charges opérationnelles. Parmi elles, la protection fongicide revêt une importance capitale car elle préserve le potentiel rendement de votre parcelle.

Adapter l’enveloppe fongicide à la pression maladie de l’année est un objectif important pour tout agriculteur qui ne souhaite pas « déraper » dans le montant de sa facture. Dans l’enquête récolte 2017 blé, réalisée par la Chambre d’agriculture de la Marne auprès des adhérents de GEDA, 65% des exploitants sondés ont dépensé plus de 50€/ha et seulement 35% d’entre eux ont acquitté moins de 50 €/ha… !

Pour une année et une variété données, plusieurs approches sont cependant possibles en vue d'optimiser la facture fongicide. Deux d'entre elles sont testées dans les GEDA, avec l’appui de la Chambre d’agriculture de la Marne, depuis plusieurs campagnes.

Les modèles : traiter à la bonne date

L’observation de vos parcelles à des stades précis (un nœud, dernière feuille) reste la base. Mais attention, l’œil ne voit pas tout, notamment les contaminations en cours.

Traiter à la bonne date est plus important que la dose du produit appliqué : les modèles permettent de vous y aider en donnant le top du premier traitement. Il intègre l’évolution des stades du blé tout en calculant le risque maladie(s) en fonction des conditions climatiques et de la variété de blé.

Bien qu'il ne précise ni le produit, ni la dose à appliquer, ces modèles permettent une meilleure gestion du T1. Dans certains cas (comme en 2017), une impasse sera possible : pas de T1. Dans d’autres cas (comme en 2016), il permet surtout de positionner le premier traitement à la bonne date et ainsi d’éviter un « trou » dans la protection, ce qui est fréquent entre les stades clés : un nœud et dernière feuille.

Dans les essais 2017 menés au sein du réseau des GEDA, le modèle developpé par ARVALIS a été mis en œuvre. Avec le printemps sec et froid, la septoriose s’est faite discrète. Le modèle a conduit à faire une protection en un seul passage à la mi-mai, au stade dernière feuille étalée.

On mesure alors le décalage avec la pratique. Ainsi dans l’enquête récolte 2017 blé, on remarque que 45 % des parcelles ont reçu leur premier traitement septoriose après le 11 mai, ce qui signifie qu’une parcelle sur 2 l’avait déjà reçu avant…

La Chambre d’agriculture dispose de ce modèle ARVALIS, intégré directement dans Mes p@rcelles sous le nom  Opti-Protect®.

Autre approche : les micro-doses

D’après les résultats d’essais, on note que ce sont les premiers euros fongicides engagés qui rapportent le plus en rendement, pour atteindre un plateau d’indifférence dès 30€.

En 2017, le groupe innovant « Gagnons en indépendance par rapport aux fongicides », animé par la Chambre d’agriculture de la Marne, s’est créé sur le secteur des GEDA du pôle Brie Champagne à Sézanne.

Certains agriculteurs de ce groupe n’ont dépensé que 30 € de fongicides/ha de blé, protection oïdium comprise. D’après l’enquête récolte, cela représente seulement moins de 7 % des pratiques…

Cette technique a fait ses preuves ; il reste néanmoins à en connaître les bases et les règles pour bien l’appliquer chez soi.

Pour mieux faire en 2018

Avec un prix du blé toujours aussi bas, la facture fongicides 2018 devra être maîtrisée, toutes maladies confondues. Le choix des variétés pour 2018 est déjà fait mais les conseillers de la Chambre d’agriculture disposent de plusieurs possibilités pour vous aider à diminuer votre facture en cours de campagne. N’hésitez pas à les solliciter !


OPTI-PROTECT, un nouveau service

La Chambre d’agriculture de la Marne poursuit le développement de ses offres d’Outils d’Aide à la Décision. Elle propose maintenant un outil d’appui à la protection fongicide des blés.

Basé sur l’expertise d’Arvalis-Institut du végétal, et à partir des données de Météo-France, ce service permet à l’exploitant de déclencher sa protection fongicide au bon moment, en fonction du stade de la culture et du risque septoriose mais aussi rouille brune et fusariose. Ce positionnement optimum des fongicides permet d'optimiser à la fois le nombre de traitements et leur efficacité.

Outre le conseil "déclenchement du traitement" en fonction des données de la parcelle et des prévisions météorologiques, ce service intègre la prévision des stades, une information fort appréciable notamment pour l'organisation des chantiers.
Si vous le souhaitez, vous pouvez bénéficier de ce service sur 10 parcelles de blé.

Pour plus d’informations, contactez la Chambre d’agriculture de la Marne :

Adeline Lenoir – Tél.03.26.64.08.13